Chirurgie méniscale

Anatomie

 Les ménisques sont des petits coussinets en forme de croissant situés entre le cartilage du fémur et celui du tibia. Il existe deux ménisques dans chaque genou : un ménisque interne et un ménisque externe.

Les ménisques sont constitués de fibro-cartilage. Ils améliorent le contact et jouent un rôle d’amortisseurs entre le fémur et le tibia. Leurs fonctions et leur consistance font penser aux joints de plomberie. Avec le temps, les ménisques ont tendance à perdre leur hydratation et le cartilage a tendance à s’amincir.

Indication

Une lésion méniscale peut survenir lors d’un traumatisme du genou ou à la suite de petits traumatismes répétitifs subis lors de certains mouvements. Cette lésion peut toucher une partie plus ou moins importante du ménisque. Elle peut être stable ou instable se présentant sous la forme d’un bâton de cloche qui bouge dans l’articulation.

Elle occasionne des douleurs, des blocages, des gonflements et parfois même des sensations d’instabilité du genou. Des lésions cartilagineuses peuvent être associés et participer à la symptomatologie douloureuse.

Une chirurgie méniscale n'est jamais indispensable tant que la douleur est tolérée. Une infiltration articulaire peut être envisagée pour limiter les phénomènes douloureux. Si une décision chirurgicale est prise, 2 possibilités:

  • Le patient est jeune, la lésion est nette et récente. Une suture méniscale (réparation) est envisageable. Il s'agit d'une excellente technique qui permet de conserver un maximum de capital méniscal. Néanmoins, le taux de cicatrisation toutes causes confondues est de 80%. Il y a donc un risque de réintervention pour enlever le bout de ménisque suturé(méniscectomie).
  • Le patient est plus âgé, la lésion est ancienne, le ménisque est cassant (..), une suture n'est pas envisageable. Une méniscectomie est donc nécessaire. Tout le ménisque n'est pas enlevé, seulement la partie la plus lésée.Le fait d'enlever un morceau méniscal majore le risque d'arthrose à long terme.

L'intervention

La chirurgie méniscale s’effectue sous arthroscopie c’est à dire sans ouvrir l’articulation. Elle consiste à réaliser deux petites incisions de 5 mm chacune en avant du genou. Un arthroscope, c’est à dire une petite caméra, est introduit par l’une d’entre elles pour visualiser l’ensemble de l’articulation et notamment la lésion méniscale. Des instruments de petite taille sont introduits par l’autre incision pour réaliser le geste chirurgical.

Les lésions cartilagineuses peuvent être traitées dans le même temps opératoire et cela en fonction de leur nature.
Quelle que soit la procédure, l’intervention dure environ 20 à 30 minutes et ne nécessite qu’une journée d’hospitalisation en ambulatoire : vous rentrez le matin et sortez le soir.
L’intervention est réalisée sous anesthésie loco-régionale ou sous anesthésie générale. C’est votre anesthésiste qui décide avec vous de la meilleure anesthésie en fonction de votre état de santé.
Après l’opération, un pansement stérile est mis en place pendant 10 jours. Le traitement de la douleur sera mis en place, surveillé et adapté de manière très rapprochée dans la période post-opératoire.

 

Ci dessous, une vidéo d'une arthroscopie réalisée pour une suture méniscale. Vous voyez un trou au sein du ménique.(attention, il s'agit d'images réelles)

Rééducation

Les suites post-opératoires vont être différentes en fonction de la procédure :

  • En cas de suture méniscale, la marche s’effectue à l’aide de deux cannes pendant 4 semaines afin de soulager le genou de votre poids. La rééducation chez votre kinésithérapeute est débutée après l’intervention. Son but est de préserver la souplesse du genou et de maintenir la masse musculaire.La flexion est limitée. La reprise du volant ainsi que celle du travail est envisageable après le 1er mois et cela en fonction de votre profession. Une activité de bureau pouvant être plus précoce. Les activités sportives débutent généralement après le 3ème mois.
  • En cas de méniscectomie, vous pouvez commencer à marcher dès votre sortie le soir. Au fil des jours suivants, vous reprenez une marche de plus en plus normale. Il faut limiter les déplacements pendant les 10 premiers jours pour éviter que le genou ne regonfle. Après la première semaine, la rééducation chez votre kinésithérapeute peut commencer, elle consiste à retrouver la souplesse de votre genou et la force musculaire de votre cuisse. La reprise du volant est envisageable au 5ème jour. Celle du travail survient en général après le 15ème jour et cela en fonction de votre profession, une activité de bureau pouvant être plus précoce. Les activités sportives débutent généralement entre le 2ème et le 3ème mois.

Complications

Les risques opératoires sont très rares pour cette chirurgie. Comme pour toute chirurgie en orthopédie, il existe un risque de:

•    La phlébite dont la complication est l’embolie pulmonaire.
•    L’hématome 
•    L’infection
•    Les douleurs résiduelles
•    L’entorse du ligament latéral interne, pendant les manœuvres peropératoires afin d’accéder à la lésion
•    Les lésions vasculo-nerveuses (très rares)
•    L’algodystrophie 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Docteur Thibault VERMERSCH