Arthrose de Cheville

L'articulation de la cheville est une articulation complexe qui fait intervenir 3 os: le tibia, la fibula et le talus. L'articulation portante est l'articulation tibio-talienne (entre tibia et talus). C'est donc sur cette dernière que s'applique la majorité des contraintes. Comme toutes les articulations, elle est tapissée de cartilage. L’arthrose est l’usure du cartilage présent au niveau des surfaces de glissement. Cette usure s’accompagne aussi de remaniements des os du talus et du tibia.
Ces modifications occasionnent des douleurs au niveau de la cheville ainsi qu’un enraidissement et une difficulté à la marche .

Les facteurs favorisants sont la laxité chronique, les maladies inflammatoires, les antécédents de fracture.

Traitements

Les traitements symptomatiques :


Ils font appel la plupart du temps à des médicaments antalgiques voire, dans les crises congestives d’arthrose, à des anti-inflammatoires. 

Les infiltrations peuvent être utilisées dans la cheville. Elles font appel à des corticoïdes ou de l’acide hyaluronique. Elles permettent de diminuer la douleur. 

Les semelles permettent parfois de faire passer un cap lorsqu’il existe une désaxation de cheville en permettant de limiter la déformation de cette dernière.

Mais l’évolution de l’arthrose continue malgré tout. 


Les traitements chirurgicaux :


Ils dépendent de la forme et de la gravité de l’arthrose. Cette arthrose peut concerner l’articulation de façon partielle ou totale.

Les arthroses partielles peuvent parfois générer des conflits antérieurs osseux de la cheville. Le conflit antérieur de la cheville à cause de l'arthrose peut se traiter par une résection de ce conflit par arthroscopie ou par chirurgie conventionnelle.

Certaines formes d’arthrose sur des chevilles désaxées peuvent être traitées par une réaxation de ces dernières avec des ostéotomies (calcanéum ou supra malléolaire).
Lorsque l’arthrose est trop importante, une chirurgie radicale peut être proposée.

Soit l'arthrodèse (gold standard), soit la prothèse totale de cheville lorsque l'arthrose est bien centrée.

Les traitements chirurgicaux

  • Arthrodèse de cheville (blocage)

 

La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale et dure entre 1h et 2h. Une cicatrice est réalisée à la face antérieure  de la cheville de taille adaptée selon les cas. Les surfaces articulaires sont coupées (tibia et talus), puis fixées par différents moyens (plaque, vis, clou…). A la fin de l'intervention, un drain est laissé en place permettant d'évacuer l'hématome. Le drain sera enlevé sur prescription (en général un ou plusieurs jours). Une botte d'immobilisation est mise en place pour six  semaines.

Ci dessous une animation réalisée par des chirurgiens orthopédistes de toulouse.

  • Prothèse de cheville

 

La chirurgie est réalisée sous anesthésie générale ou locorégionale et dure entre 1h et 2h. Une cicatrice est réalisée à la face antérieure de la cheville de taille adaptée selon les cas. Les surfaces articulaires sont recoupées (tibia et talus) à l’aide d’une instrumentation chirurgicale spécialement développée pour la prothèse de cheville. La prothèse est fixée dans l’os par impaction. A la fin de l’intervention, un drain est laissé en place permettant d’évacuer l’hématome. Le drain sera enlevé sur prescription (en général un ou plusieurs jours). Une botte d’immobilisation est mise en place pour trois à six semaines.

Ci dessous une vidéo réalisée par la même équipe.

Suites opératoires

Après un passage en salle de réveil dont le temps dépendra du type d'anesthésie, vous êtes reconduit dans votre chambre. L'équipe médicale et paramédicale vous prendra immédiatement en charge et adaptera le traitement antalgique. Un traitement anticoagulant sera introduit à partir de J1.

Vous serez levé à J1 mais vous restez sans appui pendant 3 semaines (si prothèse) à 6 semaines (si arthrodèse). La reprise de la conduite se fera entre 2 et 3 mois en fonction de votre récupération. La reprise du travail à partir du 3ème mois.

Complications

Il s'agit d'une chirurgie  plus risquée que les autres chirurgie du pied et de la cheville.

Le tabac est strictement interdit, sinon la chirurgie sera annulée. Les principales complications sont:

• Troubles de cicatrisation. Complication la plus redoutée car la peau est mal vascularisée dans cette zone. Le tabac réduit considérablement la vascularisation et majore les risques.

• La phlébite (caillot dans les veines de la jambe) et ses séquelles : malgré la mise en place systématique d’un traitement anticoagulant, une phlébite peut se constituer. Traitée à temps, la phlébite n’altère en rien les résultats fonctionnels de l’intervention. Elle ne se complique d’une embolie pulmonaire  qu’exceptionnellement.
• L’hématome : Le traitement anticoagulant, bien qu’impératif, peut parfois favoriser la formation d’un hématome dans la zone opératoire malgré la mise en place de glace. Il se résorbe souvent spontanément et nécessite rarement un geste opératoire complémentaire d’évacuation.
• L’infection : elle peut survenir précocement mais aussi à distance de l’intervention, les blocs opératoires orthopédiques sont ceux qui ont les mesures d’hygiène les plus draconiennes, pour éviter cela.
• La paralysie d’un nerf : pendant l’intervention, un nerf peut être comprimé, la récupération est le plus souvent obtenue mais peut s’avérer longue.
• Des douleurs résiduelles : malgré le succès de l’intervention, le patient manifeste  des douleurs sans qu’on n’en retrouve d’explication.

Enfin l'algodystrophie peut survenir. Il s'agit d'un phénomène douloureux complexe mal compris. Il se traduit par des douleurs inexpliquées et des troubles cutanés. On en guérit toujours mais cela peut s'avérer être long.

 

Retour en haut de page

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Docteur Thibault VERMERSCH